Voyage au Centre de la Terre

Publié le par J'aime le ciné!



Avis: déçue.
A ne pas voir si votre cinéma ne fait pas de 3D. A ne pas voir si vous ne supportez pas les films ayant une bande-son continue.

Il y a quelques jours, je suis allée voir ce film au cinéma. Il s'agit d'un film avec Brendan Fraser, tourné pour être vu en 3D.

Bande-annonce:


Alors autant le dire tout de suite: bien qu'on soit au mois de juillet, en pleine chaleur, dans ce ciné j'avais l'impression d'être dans mon canapé pendant les vacances de Noël, en train de regarder l'un des téléfilms de Noël de la 6. Parce qu'en fait, comme mon ciné n'est pas équipé (comme environ 95% des cinés), je n'ai pas pu voir la 3D. Et le problème, c'est que si vous dépassez les 12 ans, la 3D est à peu près le seul intérêt de ce film. Si vos amis vous forcent à la voir, vous pouvez toujours essayer de répérer toutes les séquences dont le seul intérêt est d'être vu en 3D, ça fait passer le temps.











Pour l'histoire: c'est vaguement inspiré de Jules Verne.

Histoire sans spoilers:
un géologue, son neveu, et leur jolie guide, explorent les entrailles de la Terre.

Histoire complète, avec spoilers:

Nous avons donc un géologue, qui bosse dans un labo, et qui continue les travaux de son frère, éminent géologue mort dix ans auparavant (c'est le gars qui tombe dans la lave poursuivit par un T-Rex dans les premières minutes du film). Le géologue est vaguement un looser, dont le labo est sur le point de fermer. En plus, il a oublié que son neveu (le fils de son défunt frère donc) doit venir passer 15 jours chez lui. Il se retrouve donc avec un ado grincheux dans les pattes, et lui refourgue le livre de Jules Verne ainsi qu'un yoyo pour l'occuper. Lorsqu'il l'emmène à son labo, le géologue (dont j'ai oublié le nom, on l'appellera donc Brendan Fraser) découvre que oh, miracle! Les conditions sismiques sont exactement les mêmes que lors de la disparition de son frère, et qu'une de ses balises de recherche s'est remise en route en Islande. Il part donc là-bas, en embarquant son neveu. Sur place, il découvre que son frère était un vernien (un gars qui pense que les écrits de Jules Verne sont véridiques), qu'il bossait avec un professeur islandais vernien aujourd'hui mort, et que la fille dudit professeur islandais vernien est un méga-canon guide de montagne. Et ça tombe bien, puisqu'ilen cherche un! Voilà donc les trois partis à la recherche de la balise qui s'est remise en marche. Ils la trouvent, mais doivent s'abriter dans une grotte suite à un gros orage. La grotte s'effondre, ils s'enfoncent donc dedans pour trouver une sortie, et là, bien sûr, se retrouvent à glisser au centre de la Terre.
Sur place, ils trouvent des oiseaux luminoux bleux, des champignons géants, les affaires du défunt frère ainsi que son cadavre. Ils découvrent aussi qu'il fait très chaud, que la température grimpe très vite, et qu'ils n'ont que 24 heures pour remonter à la surface. Brendan annonce donc qu'il y a un geiser au sud, de l'autre côté de l'océan, et qu'ils vont remonter par là (comme quoi, y'a une solution à tous les problèmes). Les voilà partis en radeau, mais là, non seulement ils se font attaquer par de la poiscaille, mais en plus ils perdent l'ado grincheux. Mais peu importe.
Brendan et sa guide canon continuent, en espérant finir par retomber sur le neveu. De son côté, le neveu se fait guider par un oiseau luminoux, qui lui indique le chemin. Après avoir sauté sur des pierres flottantes, et s'être fait courser par un T-Rex, le neveu retrouve Barbie et Ken. Il monte dans une mâchoire de T-Rex mort (encore plus stable qu'un Zodiac ces machins là), et hop, direction le geiser, qui les fait sortir dans un vignoble italien du côté du Vésuve. Happy end.


Publié dans Critiques

Commenter cet article